Alessandro D'Avenia
L'Art d'être fragile

NOUVEAUTÉS DE LA SEMAINE

Éditeurs québécois et franco-canadiens
Masi
  • Masi
Les fondements de la culture, le pouvoir de l'art
  • Les fondements de la culture, le pouvoir de l'art
Chroniques tziganes, t.02
  • Chroniques tziganes, t.02
Le droit de mourir dignement
  • Le droit de mourir dignement
Éditeurs européens
Nátt
  • Nátt
Mörk
  • Mörk
Le filet
  • Le filet
Piégée
  • Piégée
Missing : Germany
  • Missing : Germany

DANS LES MÉDIAS

Autoportrait de Paris avec chat

 « C’est un livre extraordinaire. C’est une espèce de journal intime, écrit à la main, avec des dessins. C’est très naïf, candide. Il y a dans ce livre des réflexions sur l’enfance, la liberté, la rêverie associée à l’enfance, Également une réflexion sur l’intimité. Un ouvrage à contre-courant. C’est vraiment rafraîchissant. Un beau bijou que ce livre. »
Katherine Verebely – Radio-Canada/Gravel le matin
 
« Un livre étonnant, porté par une nouvelle forme de liberté. »
Geneviève Tremblay - Le Devoir
[Entrevue]
 
« Ce livre objet devient un partenaire de lecture. Autrement dit, il se fait ami avec nous. C’est un livre intime où Dany Laferrière nous fait visiter un Paris que j’aime. C’est à la fois un livre de lieu et à la fois, une expérience littéraire et artistique. C’est un livre intéressant, audacieux, singulier, déstabilisant. »
Patricia Powers – Radio-Canada/Facteur matinal
 
« Un livre hors normes où le dessin et l’écriture sont rois. Le résultat est intime, ludique et déroutant. »
Anne-Josée Cameron – Radio-Canada/Le Téléjournal Québec
[Entrevue]
 
« Un livre très différent, très intimiste. J’ai pris beaucoup de plaisir à le lire. C’est très rafraîchissant. Un livre très personnel, on a l’impression de le connaître un peu plus.  C’est unique, magique. »
Barbara Leroux – Radio-Canada/Facteur matinal
 
« C’est quelque chose de spécial, de jamais vu, d’inusité qui m’a renversée et qui m’a charmée. Des heures de plaisirs. »
Francine Grimaldi – Radio-Canada/Samedi et rien d’autre
 
[Entrevue dans Le Soleil]
[Entrevue à Première heure (RC)]

Ces hommes qui m'expliquent la vie

« Par une savante analyse des rapports hommes-femmes à travers l’affaire DSK, le mythe de Cassandre ou encore le regard que l’essayiste Susan Sontag a porté sur Virginia Woolf, cette historienne de l’art s’emploie à démontrer comment s’est perpétué le puissant schème du patriarcat, mais surtout : comment la femme en est venue à être réduite à un objet, effacée et dépossédée de ses droits. Truffé d’anecdotes personnelles, le livre indigne autant qu’il informe. » ****
Lisa-Marie Gervais – Le Devoir
[Critique]

Femme de Valence (La)

« Son humanisme et sa prose sont d’une incroyable justesse. Annie Perreault offre un premier roman frappant et prometteur, une réflexion intelligente et dosée sur les tourments de l’âme humaine qui force l’introspection en abordant les ravages de l’indifférence et la puissance du dévouement. » ****
Anne-Frédérique Hébert-Dolbec – Le Devoir
[Critique]

Libérer la colère

« Voici que la colère contenue depuis la nuit des temps par tant de femmes jaillit des profondeurs comme un geyser. Le collectif Libérer la colère ose enfin accueillir ce sentiment honni — si peu féminin, dit-on — de rage accumulée contre la mère, le père, le conjoint, la société, les enfants, les blagues sexistes, les viols, les humiliations subies, en une formidable catharsis ouvrant sur tous les possibles. »
Odile Tremblay – Le Devoir

Un continent derrière Poutine ?

« Chaque page de ce livre nous renvoie à notre méconnaissance de cette Russie qu’on découvre bien dans cet ouvrage.  »
Annie Desrochers – Radio-Canada/Le 15-18
[Entrevue]

Comment j'écris
  • Comment j'écris
  • Slimani, Leïla
  • Aube (de L')
  • ean : 9782815927796
  • prix : 18,95 $

« C’est toujours fascinant quand un écrivain ou une écrivaine parle de son rapport à l’écriture, de sa méthode de travail, de ses débuts et de ses inspirations. Dans cette plaquette d’une soixantaine de pages, Leïla Slimani se prête au jeu en répondant aux questions pertinentes d’Éric Fottorino, éditeur de l’hebdomadaire 1, et de quelques-uns de ses lecteurs. »
Nathalie Collard – La Presse +

Perte et l'héritage (La)

[Entrevue à Radio-Canada cet après-midi]

Canadien français et son double (Le)

« Pour tracer son portrait du colonisé, Bouthillette use d’une prose d’une extrême densité, poétique, voire aphoristique, qui donne une puissante gravité à son propos. […] Inspiré par les idées marxistes, décolonisatrices et existentialistes qui avaient cours dans les années 1960, Bouthillette envoûte son lecteur, mais le fait travailler. »
Louis Cornellier – Le Devoir

Art d'être fragile (L')

« Il y a quelque chose dans ce livre qui est de donner aux adolescents le mobile ultime qui va les accompagner toute leur vie. […] La merveille de ce livre : le romantisme apparaît comme le salut de la passion, la possibilité d’accepter la précarité et de demeurer en attente de cet état spirituel qui, pour D’Avenia, est l’état de base de l’existence humaine, c’est-à-dire être ravi. […] Chaque lettre de ce livre est un exercice spirituel en soi. »
Georges Leroux – Radio-Canada/Plus on est de fous, plus on lit
[Critique]
 
« Dans L’art d’être fragile, l’enseignant de littérature à des ados Alessandro d’Avenia nous parle du poète Giacomo Leopardi, qui, du XIXe siècle à aujourd’hui, arrive encore à sauver des vies. Il aborde beaucoup d’angles propres à l’art dans cet essai et il trace la ligne entre divertissement et hauteur. Il souligne aussi que créer est un processus et non une surprise imprévue. On aime penser que la magie opère sans effort. »
Josée Blanchette – Le Devoir
[Chronique]

Crise de la masculinité (La)

« L’ouvrage savant de ce professeur affilié à l’Institut de recherches et d’études féministes de l’UQAM propose un survol historique du mythe de la crise de la masculinité, notamment en France et aux États-Unis. »
Marc Cassivi – La Presse +
[Critique]
 
« C’est un ouvrage passionnant. »
Marie-Louise Arsenault – Radio-Canada/Plus on est de fous, plus on lit
[Entrevue]
 
« Un livre très, très intéressant. »
Marie-Lou St-Onge – Radio-Canada/Sur le vif
[Entrevue]
 
[Entrevue à l’émission Le 15-18 (RC)]

Crépuscules
  • Crépuscules
  • Casseus, Joël
  • Tripode (Le)
  • ean : 9782370551566
  • prix : 24,95 $

« Par un subtil procédé original, le texte au " je " change de personnage presque à chaque paragraphe sans qu’on s’y perde. Joël Casséus continue d’être ce formidable créateur d’ambiances mystérieuses et inquiétantes. »
Mario Cloutier – La Presse +

Moi, figuier sous la neige

« La slameuse Elkahna Taibi faisait paraître récemment un premier recueil de poésie aux tonalités chaudes comme ses origines tunisiennes, avec une franchise mordante comme les grands froids du Montréal qu’elle habite. Un bijou à l’image de son humour, qui traite d’exil, d’appartenance, de filiation et d’amour, surtout d’amour pour la création, seul lieu où l’auteure se sent réellement chez elle. »
Claudia Larochelle – L’actualité

Art de rater sa vie (L')

« L'art de rater sa vie est un livre insolite, parfois hilarant, qui ne laissera pas indifférents celles et ceux qui affectionnent, particulièrement, de jouer avec les frontières du mythe et de la réalité. Sous la gestuelle élégante et érudite de l'écriture de Simon Nadeau se dissimule un coffre de pirate, avec, pour seul trésor, une balle d'or : votre liberté. Un livre étonnant, détonnant, rafraîchissant.»
Éric Chouan – CHOQ/Mission encre noire
[Entrevue]
 
« Un essai aux allures de roman. Une ode à la lecture. C’est vraiment très bien écrit, très éloquent. »
Mélissa Lavergne – Radio-Canada/Entrée principale

Ariane
  • Ariane
  • Leroy, Myriam
  • Don Quichotte
  • ean : 9782359496758
  • prix : 32,95 $

« Premier roman de la journaliste belge, Myriam Leroy, cette histoire en est une d’amitié, d’abord en apparence banale, entre deux copines de classe, des adolescentes comme toutes les autres. Là où ça se corse, c’est quand cette histoire en devient une, très sournoise, de domination, de possession et d’empoisonnement graduel… Une histoire de vie et de mort. Un tour de force haletant à lire pour celles et ceux en quête de sensations fortes graduelles… »
Claudia Larochelle – Avenues

Dans la grande violence de la joie

« Dix nouvelles, un fil conducteur : la violence. Le tout est réussi, avec un niveau de langage adapté aux époques et aux personnages, un regard toujours acéré sur ce monde brutal et un humour cynique très présent. »
Janie Gosselin - La Presse +

Neka
  • Neka
  • Olivier, Alain
  • Lévesque éditeur
  • ean : 9782897630508
  • prix : 23,00 $

« Rendant hommage aux Premières Nations et, en particulier, aux femmes, Neka (" maman " en langue innue) relate une histoire tout en nuances. Ce roman d'Alain Olivier invite le lecteur à se réconcilier avec une part trop longtemps occultée de nous-mêmes. »
François Cattapan - L’Appel

AUTRES LIENS

Section jeunesse Brèves